Album photo Extrait Thaïlande

Full Moon Party

full

Tout le long de la plage, calés entre les bars, des vendeurs de bucket qui hurlent à mon passage. La fête est trop grande, trop importante pour que des verres suffisent : on sert l’alcool dans des seaux et on y jette une poignée de pailles. C’est trois cents bahts et ça passe de main en main. C’est ce que tu veux et du Red Bull. De la vodka, du rhum, de la tequila si t’aimes, mais du Red Bull. Toujours. Et alors tout le monde s’énerve et l’ambiance monte et la lune aussi. Dans chaque bar un DJ, sur le sable des enceintes, et le résultat c’est du bruit, des battements, un truc qui cogne mais à l’intérieur, profond, dans la poitrine. 

[…]

Les speed boats s’enchaînent, ralentissent au dernier moment, s’accrochent au sable et déversent les nouveaux arrivants. Cinq minutes et à leur tour, ils sont recouverts de peinture fluo, luisants de lumière noire, hilares, à genoux, accrochés à un entonnoir, rattrapant le temps perdu en buvant cul sec des litres de bière sous les cris encourageants de la masse anonyme. 

Alors, au bout de la plage, on allume un grand signe : « Full Moon Party » en lettres de feu, sur la mer écarlate, dans un nuage de fumée ocre que les lasers traversent. À ce moment-là, tout devient flou, les gens cessent d’exister. L’anonymat du nombre. Des sourires figés, des regards brillants. Les vagues se suivent, s’étendent et se répercutent sur le rivage dans une onde fluorescente de bras, de mains ouvertes, de cris lancés vers la lune.

[…]
Le soleil monte et certains dansent encore, mécaniquement, et le sable sent l’alcool. La plage est couverte de bouteilles, de seaux vides, de silhouettes allongées, immobiles, pieds nus, à demi enterrées, la peinture de leurs tatouages éphémères effacée, motifs illisibles étalés sur leur peau. Ils ouvrent les yeux et se perdent aussitôt dans la torpeur confuse de leur nuit oubliée.

 Extrait de « Ticket to : Thaïlande » – Éditions la Martinière – Gaspard Walter avec la collaboration de Chloé Villaume.

CONSEILS & RECOMMANDATIONS :

Oui il faut le faire :
Bien sûr c’est touristique, bien sûr « c’était mieux avant » et évidement c’est pas super écolo, pas vraiment respectueux ni franchement local, mais pourtant vous passeriez à côté de quelque chose en loupant la Full Moon Party.Dix mille, vingt mille personnes sur une plage magnifique éclaboussée par la lumière de la lune, la musique, pris dans les embruns d’une mer qui se joint a la fête dans l’ambiance fiévreuse d’une nuit interminable, d’une fête qui se prolongera longtemps après le retour du soleil. Vous voulez rater ça ?
Même sans participer, même en spectateur, même pour critiquer c’est un spectacle à ne pas louper.
Ca ne vous plaira peut être pas, pour peu que vous soyez hermétique au concept vous n’en garderez pas forcément un bon souvenir, mais vous aurez vu et pris la mesure de l’expérience, du moment et de ce qui reste l’un des poumons touristiques du pays, l’une de ses  attractions majeures, qu’on le veuille ou non.Rien ne vous empêche au matin de vous joindre à la remise en ordre de la plage : ramassage des verres, des bouteilles et des couples endormis. Nettoyage et chasse au plastique, les coups de main sont bienvenus.


Réservez votre chambre :

Chaque mois, c’est plusieurs dizaines de milliers de backpackers qui débarquent en grappe sur Ko Pha Ngan, partent à l’assaut des chambres, des bungalows et envahissent les moindres recoins de l’ile (plutôt tranquille le reste du temps). En prenant le risque d’arriver au dernier moment, sans plan ni réservation vous acceptez de faire la fête avec votre sac sur le dos ou de vous retrouver avec un trou dans votre budget en échange d’une chambre qui ne vaudra même pas le dixième de ce que vous aurez payé.

À choisir préférez le nord de l’ile, les plages plus calmes, à l’agitation et l’ambiance un peu « cra-cra-cool » d’Haad Rin Beach.

Si vous avez prévu de faire la fête, de profiter à fond de la Full Moon alors prévoyez au minimum un ou deux jours de repos sur place. Vous laisserez ainsi à votre cœur le temps  de reprendre son rythme de croisière, vos pupilles leur taille d’origine et votre foie pourra ressusciter tranquillement.

Méfiance à moto :
C’est un conseil général, une recommandation qui marche tout le temps : avant, pendant et même longtemps après la fête. En moyenne deux à trois personnes se tuent et plusieurs dizaines s’abiment sérieusement dans la semaine précédant la fête et les quelques jours qui l’a suivent. Ne vous transformez pas en statistique.

Les mecs avec un pansement sur la tête, les filles avec le mollet couvert de bandage ce n’est pas le début d’une mode que vous devez vous sentir obligé de suivre.

Méfiance surtout sur la route qui rejoint Haad Rin et qui ressemble par endroits à une vraie montagne russe (et avec la pluie c’est encore mieux, on glisse, on dérape, on finit dans le fossé).

Ce n’est pas parce qu’on vous laisse louer une grosse cylindrée qu’il faudra forcement choisir ce genre de modèle. Un scooter, une 125 c’est bien aussi. Personne ne vous en voudra de rouler lentement et non on ne « chope » pas plus avec un bolide (surtout quand c’est une location).

Et si, comme beaucoup, vous êtes persuadé que vous conduisez bien, vous êtes confiant quant à vos fantastiques aptitudes de pilote, rappelez-vous que ce n’est peut-être pas le cas du mec en face de vous.

Sinon le taxi, le soir de la fête, c’est bien aussi. En groupant avec d’autres vous obtiendrez un bon prix.

Votre bucket et seulement votre bucket :
Pris dans l’ambiance de la fête on a vite fait de perdre la mesure, la tête et de chopper le tournis. Les verres passent de main en main, les pailles s’échangent . On tient des bières qu’on n’a pas payées, on termine des buckets qu’on n’a pas achetés… et c’est là que les mauvaises surprises arrivent.
Les mecs on les dépouille et les files on… bref… si on perd souvent un peu la mémoire, ce qui reste c’est rarement des bons souvenirs.

Alors, les règles sont simples : on boit dans son verre ou celui de ses copines, on n’accepte pas la bière que l’on nous tend (même si le mec est canon, même si la fille est superbe). On ne se dit pas « c’est bon c’est un touriste comme moi » parce que c’est justement des « touristes comme vous »  qui pourraient tenter de vous avoir.

Bon bien sûr on évite quand même la parano et on dit « non merci » gentiment plutôt que d’envoyer balader un pauvre gars timide qui n’avait aucune mauvaise intention.

Attention par contre aux méthodes alternatives :  ne laissez personne boire dans votre bucket, une pilule, ça se « souffle » facilement dans une paille et c’est même la nouvelle technique a la mode sur les plages ou dans les rues de Khao San Road. Un moment d’inattention, un élan de générosité et a vous le réveil difficile.  Je connais un mec, je ne donnerais pas son nom (le type il écrit des bouquins de voyage, il a une collection, une réputation, tout ça) qui s’est retrouvé un matin dans le placard  à linge d’un hôtel sans trop savoir comment il était arrivé là (affaires envolées, bien entendu). Vous éviterez tout désagrément en étant plus raisonnable que lui (ce qui devrait être plutôt facile finalement).

Messieurs, attention à la surprise :
Ce soir c’est vous le roi de la plage, le nombril de la fête :  vous maitrisez la piste, vous êtes monté sur l’estrade et vous transpirez sur les saturations de Skrillex qui vous donne le rythme,  vous promet que « le Rock n Roll vous amènera a la montagne ». Vous êtes dedans, vous êtes l’essentiel,  le mec Alpha et les filles le savent. Toutes les filles. C’est évident. Toutes surtout celle-là, la jolie Thai qui vous fait de l’œil depuis dix minutes. Mince, immense, moulée dans une robe qui nécessitera sans doute l’utilisation d’un chausse-pied, d’une paire de ciseaux, pour l’en extraire. À côté d’elle, les autres silhouettes se floutent, se fanent. Si vous physiquement vous êtes un dix sur dix (what else ?), elle, elle est en dehors du calcul, au-dessus de la masse et les douze bières que vous avez terminées, les quatre buckets et la bouteille de SangSom n’ont, évidement, rien n’a voir là-dedans.

On vous l’a sans doute pourtant déjà dit que quand c’est trop beau pour être vrai c’est que ça ne l’est peut-être pas, que quand c’est trop facile c’est qu’il y a un truc.

Succombez sans méfiance, foncez sans retenue dans les bras des charmes thaïlandais et vous risquez d’être victime d’un sacré tour de passe-passe, d’une manipulation typique, habile et inattendue qui consiste a faire apparaitre le « petit oiseau » la on ne l’imaginait pas.

Endormez-vous, un peu distrait, dans les bras d’une sirène, vous vous réveillerez peut-être contre le menton piquant d’un marin. C’est une anecdote qui ponctue toutes les Full Moon, toutes les nuits thaïlandaises et qui se termine rarement bien, même si ça fait rire ceux à qui on l’a racontée.

Et n’allez pas croire qu’il faut être bête pour se faire prendre, que VOUS ça ne vous arrivera jamais parce que vous avez un radar pour ces choses là. S’il est facile avec un peu de bon sens de ne pas se faire avoir, il est aussi très facile de tomber dans ce petit piège innocent et surtout après quelques verres.

Oh et si ça vous arrive, si le lendemain la personne dans votre lit ne correspond plus vraiment à votre souvenir, évitez de vous énerver, de vous retourner contre un pauvre lady boy qui finalement ne vous a pas fait grande chose. Vous ne serez victime que de votre naïveté. Et n’allez pas dire que vous n’avez pas été prévenu, qu’il/elle ne vous a rien dit, il est tout a fait possible que vous ayez oublié ou « zappé » l’info. Enfin, si vraiment la moutarde vous monte au nez, partez ou mettez a la porte, ne vous lancez pas dans une bagarre que vous n’êtes pas sûr de gagner. Il y a des sirènesboueuses.

Drogue :
Cocktails au champignon, pilules colorées ou sachet d’herbe qu’on passe, discrètement,  sous la ceinture, la drogue tourne a la Full Moon  comme dans toutes les raves, les free party du monde entier. Comme je ne suis ni votre papa, ni votre maman, je vous fais grâce de la morale, des « précautions d’emploi », par contre je me sens obligé de rappeler qu’en Thaïlande drogue = prison et dans les prisons thaïlandaises, parfois, on jette la clé.

On ne compte plus les victimes du coup le plus commun : le dealer vend, le dealer dénonce, le dealer récupère drogue, argent et bonus et la victime, elle, met fin à ses vacances et fait l’impasse sur une bonne partie de sa vie ou sur le contenu de son compte en banque.

Comme il serait tout a fait déplacé de vous filer les bonnes adresses ou les bons plans ou de vous faire une petite notice du « bien chopper son matos en Thaïlande » je ne peux que m’en remettre a votre jugement et votre bon sens.

Si l’envie vous prend de tenter le cocktail au champignon (qu’on vend souvent dans les bars et même parfois en l’affichant au menu) alors n’oubliez pas d’être raisonnable, de ne pas vous mettre en danger et d’avoir toujours, quoi qu’il arrive, un(e) ami(e) qui n’aura rien pris a vos cotés.

 

Dates « Full Moon Party » 2016/2017 :

  • Jeudi 21 April 2016
  • Samedi 21 May 2016
  • Dimanche 19 June 2016
  • Jeudi 21 July 2016
  • Jeudi 18 August 2016
  • Vendredi 16 September 2016
  • Lundi 17 October 2016
  • Lundi 14 November 2016
  • Mercredi 14 December 2016
  • Dimanche 25 December 2016
  • Samedi 31 December 2016
  • Jeudi 12 January 2017
  • Samedi 11 February 2017
  • Samedi 11 March 2017



You Might Also Like

8 Comments

  • Reply
    Tanned@tourdumondeNo Gravatar
    27 octobre 2012 at 23 h 25 min

    j’ai été à 3 full moon et c’est une ambiance de folie! Il faut la faire au moins une fois dans sa vie pour voir ce que c’est vraiment et il n’y a pas que les thaïlandaises qui peuvent succomber à votre charme!

  • Reply
    sponsoNo Gravatar
    7 novembre 2012 at 0 h 37 min

    ça doit être une fête folle, j’aimerai bien y aller!

  • Reply
    aide voyageNo Gravatar
    30 novembre 2012 at 19 h 49 min

    C’est clair que c’est une expérience à vivre mais je trouve que c’est quand même une belle perte de temps sur un séjour en Thailande. On va passer une journée pour y aller et une journée le lendemain pour s’en remettre. Autant aller à Ibiza c’est pareil (du moins je pense !)

  • Reply
    laurent @ Expatriation en ThailandeNo Gravatar
    26 février 2013 at 0 h 35 min

    A découvrir aussi dans les parties de Koh Pha Ngan, la « Half Moon Party » ainsi que la « Black Moon Party »… On exploite à fond un créneau qui marche!!! 😉

  • Reply
    gaspardNo Gravatar
    6 mars 2013 at 15 h 45 min

    @AideVoyage : Oui, c’est sûr que si on fait la course comme ça, ça ne vaut pas le coup… mais avec un rajout de quelques jours pour visiter l’ile (qui mérite le coup d’oeil) alors on peut tout à fait profiter de la fête (ou venir en spectateur) sans perdre son temps.

    @Laurent : Oui effectivement, il y a ces deux autres fêtes qui, un temps, furent un peu « underground » avant de devenir tout aussi touristique que leur grande soeur. D’ailleurs j’ai pas mal de retour de voyageurs qui confondant un peu les différents « moon party » et s’étonnent de faire la fête dans la jungle plutôt que sur la plage..

    • Reply
      http://www./No Gravatar
      30 décembre 2016 at 8 h 31 min

      I’m grateful you made the post. It’s cleared the air for me.

    • Reply
      http://www.justgetcoins.us/No Gravatar
      28 février 2017 at 16 h 53 min

      I and my buddies appeared to be looking through the great secrets and techniques located on your web site then before long I got a terrible feeling I had not thanked the site owner for those tips. All of the women became certainly happy to read them and have in effect truly been making the most of these things. Thanks for actually being so considerate as well as for deciding on these kinds of useful guides millions of individuals are really eager to learn about. My very own sincere apologies for not saying thanks to earlier.

  • Reply
    LizouNo Gravatar
    12 juin 2013 at 11 h 04 min

    Ça donne vraiment envie ! Je suis allé en Thaïlande pour un coup séjour et je n’ai pas eu le temps d’aller à l’une de ces fêtes, mais si jamais j’ai l’occasion d’y retourner, j’irai, c’est certain !

  • Leave a Reply

    Lire les articles précédents :
    home
    5 (bonnes) raisons de rentrer de voyage

    On est à peine parti que déjà il faut rentrer...

    Fermer