Liste

15 signes pour reconnaître que, peut-être, on voyage un peu trop…

toomuch

On fait un premier voyage, on rentre et on ne le supporte pas. Alors, on repart, encore et encore, et sans que l’on s’en soit vraiment rendu compte on a échangé notre vie d’avant contre une vie nomade, sans racine, sans pied à terre. Petit à petit, on est devenu un voyageur, une tortue avec notre sac sur le dos.
Trop voyager c’est très subjectif, le voyage n’est pas vraiment une activité que l’on peut pratiquer à l’excès, mais quand même, si vous voulez vérifier où vous en êtes voici 15 signes qui ne trompent pas…


On voyage peut-être un peu trop quand :



- On se réfère à un pays ou une ville en utilisant le code de son aéroport.



- On a mis au point une routine qui permet de se débarrasser de sa ceinture, ses chaussures, ses objets métalliques, de sortir son laptop du sac cabine et de passer les portiques de sécurité en un clin d’oeil.



- Toutes nos histoires commencent par « Quand j’étais en… » ou « Quand je vivais au… ».



- On réalise, en remplissant un formulaire, que l’on n’a pas de « home address ».



- Tout ce que l’on possède tient dans un sac à dos.



- Autant que possible on essaie de faire en sorte que tout ce que l’on possède pèse moins de 20 kilos.



- On a réalisé depuis longtemps que les trois seules choses vitales c’était notre passeport, notre carte bleue et la sauvegarde de toutes nos photos de voyages.



- Notre dentifrice, notre déodorant, notre shampoing viennent de trois pays différents.



- On a constamment au moins trois différentes monnaies dans notre portefeuille et on connaît par coeur le taux de change d’une dizaine d’autres.



- Sur Facebook on traduit chaque statut en deux ou trois langues et on a deux fois plus d’amis étrangers que de compatriotes.



- Quand on croise un ami sur internet sa première question est toujours la même : « t’es où? ».



- On compte régulièrement les pages restantes de notre passeport et on insiste pour que les douaniers calent leurs tampons dans les espaces vides.



- Il nous faut  moins de 10 minutes pour préparer un sac avant un voyage de 6 mois. D’ailleurs, dans les derniers jours avant le départ on nous pose au moins quinze fois la question : « Ton sac est prêt ? » et on répond toujours la même chose : « Non, je le ferais a la dernière minute ».



- À la question « tu viens d’où » on se sent obligé de répondre « c’est compliqué ».



- On envoie régulièrement des affaires dans des colis et on encombre la cave de nos parents.

Découvrez « 15 signes pour reconnaître que, peut-être, on voyage un peu trop… » en anglais sur I Left Home (et de nombreux autres articles!)

You Might Also Like

8 Comments

  • Reply
    CRABETAN | Conseil voyageurNo Gravatar
    6 mars 2012 at 22 h 57 min

    ça sent le déjà vu ! Je me suis vu dans presque chacun de ces points! Bon Idée d’article, ça change des conseils classiques!

  • Reply
    ChrisNo Gravatar
    4 avril 2012 at 21 h 24 min

    Hahahaha, j’adore, je suis fan, je me reconnais tellement dans cet article ! On peut aussi rajouter : « … Quand tu commences à t’inventer une fausse identité pour répondre aux sempiternelles questions dans les guest houses : tu viens d’où ? Tu fais quoi ? Tu vas où ? T’as vu quoi ? » 🙂

  • Reply
    ChrisNo Gravatar
    4 avril 2012 at 21 h 25 min

    (Par contre, j’en suis pas encore arrivé au point où j’appelle les villes par leur code aéroport ! Peut-être parce que je suis trop pauvre pour prendre l’avion … )

  • Reply
    CorinneNo Gravatar
    24 avril 2012 at 22 h 32 min

    Mouhahaha !!!! C’est EXACTEMENT ça !!! Je cumule presque tout. Y compris les codes d’aéroport, j’avoue… En revanche, depuis quelque temps, comme je me trimballe mon matos de plongée, je déborde allégrement les 20kg. Mais je me débrouille.
    🙂

  • Reply
    gaspardNo Gravatar
    25 avril 2012 at 6 h 16 min

    @ Corinne :
    J’arrive encore, en jonglant entre mon sac cabine et mes deux autres sacs pour rester sous la barre des 20kg avec mon matos de plongée qui me suit partout. Souvent je dépasse un peu et je tente alors le regard humide et désespéré vers l’hôtesse qui laisser passer en général.
    Mais c’est clair que palmes, bcd, combi et le reste, ça te change le voyage et t’uses un peu le dos.

    @Chris :
    Ah oui j’ai effectivement, deux ou trois fois, menti au jeu des 5 questions juste pour sortir de ma routine.

  • Reply
    IstanbulNo Gravatar
    17 juillet 2012 at 20 h 10 min

    Héhé très marrant cet article.
    Pour parler d’une ville via son code aéroport, il faut être sacrément atteint quand même 😉

  • Reply
    ArnaudNo Gravatar
    18 octobre 2012 at 4 h 40 min

    J’adore ! Je voulais rédiger un article de ce genre, mais je préfère tweeter celui-ci.

  • Reply
    ArnaudNo Gravatar
    18 octobre 2012 at 4 h 40 min

    J’adore ! Je voulais rédiger un article de ce genre, mais je préfère tweeter celui-ci.

  • Leave a Reply

    Lire les articles précédents :
    logbook
    Itinéraire pour quelques heures dans Chinatown

    Itinéraire et conseils pour quelques heures dans le quartier de Chinatown à Bangkok...

    Fermer