Liste

15 chansons pour voyager

song

Musique et voyage sont inséparables.

Tous les routards peuvent en témoigner, quel que soit le pays, la destination : il y a toujours une musique qui balance, des paroles qui montrent le chemin. Sur toutes les plages du monde, il y a un grand mec sympathique qui gratte quatre accords sur sa guitare et une fête ne commence jamais vraiment qu’avec les premiers coups de basses dans les enceintes.

Il y a deux façons de faire une compil de voyage : la première consiste à rassembler deux heures de Jack Johnson et à les jouer en boucle. Ça marche, c’est presque aussi efficace et, pour peu que vous soyez moitié à poil avec une bière à la main, ça vous transporte immédiatement dans l’ambiance de n’importe quel bar du Sud-Est asiatique.

Mais c’est un peu facile.

Alors, il y a l’autre manière, celle que j’ai choisie : rassembler quinze morceaux, combiner voyage, nostalgie et évasion. Fouiller dans le répertoire pour retrouver ces hymnes à la liberté, ces morceaux qui ont déplacé des générations, donné le départ et qui ont accompagné ou accompagneront le mouvement de ressac perpétuel des backpackers autour du monde.

Installez-vous confortablement, profitez, découvrez, écoutez, ce sont quinze raisons de partir, quinze raisons de tout quitter, ce sont (pour le moment) mes quinze meilleures chansons pour voyager.

Green Onion – Booker T. & the M.G.’s – 1962  (Video)

-Instrumental-

J’écoutais ça sur notre platine vinyle quand j’étais môme, aujourd’hui je fais le tour du monde pour gagner ma vie. Coïncidence ? Je ne crois pas.
Soyons honnêtes une seconde : qui peut écouter ce morceau sans être pris d’un besoin irrépressible et immédiat d’aller voir ailleurs s’il y est ?

Like a Rolling Stone – Bob Dylan – 1965  (Video)

How does it feel
How does it feel
To be without a home
Like a complete unknown
Like a rolling stone ?

La pierre qui roule, Bob Dylan : cette chanson dans ma liste, ça frôle le cliché. Mais en même temps Dylan c’est Woodstock, la liberté, les premières notes d’un mouvement qui nous a balancés, tous, autour du monde, de Goa a Vladivostok.
Des clichés il en faut, celui-là, je l’aime bien.

Born to be Wild – Steppenwolf – 1968  (Video)

Get your motor runnin’
Head out on the highway
Lookin’ for adventure
And whatever comes our way
Yeah Darlin’ go make it happen
Take the world in a love embrace
Fire all of your guns at once
And explode into space

C’est une intro qui te culpabilise de rester assis, ce sont des notes qui t’obligent à bouger, à mettre le contact. C’est un hymne qui explose de chromes et d’éclats de moteur, qui résonne des derniers échos d’une tribu de clochards célestes roulant sous une bannière étoilée qui, à l’époque, signifiait encore « liberté ».
Cette chanson c’est celle qui me fait dire qu’un jour j’aurai une moto. Un truc monstrueux. J’y connais rien, mais des chevaux elle en aura plein. Des vaches et des cochons aussi. Ouais, ma moto elle aura toute la ferme sous le moteur et un jour elle sera mienne et même que, sans doute, cinquante mètres plus tard, je serai mort.

Wild World – Cat Stevens – 1970  (Video)

Now that I’ve lost everything to you
You say you want to start something new
And it’s breaking my heart you’re leaving, baby I’m grieving
But if you want to leave take good care
Hope you have a lot of nice things to wear
But then a lot of nice things turn bad out there

Inspiré par une séparation d’un mois entre Stevens et sa compagne, la fameuse Patti D’Arbanville (qui fut sa muse pour deux de ses plus grands succès), cette chanson c’est la preuve inutile du talent de Stevens, dont les accords de « If You Want To Sing Out » célèbre avec autant de justesse l’insouciance et la liberté que ceux de « Wild World », le manque et la distance.

Free Bird – Lynyrd Skynyrd – 1974  (Video)

If I leave here tomorrow
Would you still remember me?
For I must be traveling on, now
’
Cause there’s too many places I’ve got to see
But, if I stayed here with you, girl
Things just couldn’t be the same
‘Cause I’m as free as a bird now

Classé troisième meilleur solo de tous les temps, Free Bird a toutes les caractéristiques de la chanson de voyage parfaite : l’appel de la route, la nostalgie du départ, la fille que l’on quitte, les kilomètres qui nous attendent.
L’accent sudiste grinçant de Ronnie Van Zant, les notes métalliques d’un jeu de corde folk finissent de donner le ton à cette balade interminable portée par un groupe mythique des années soixante-dix. Dernier ajout, essentiel pour en faire une légende : le crash de 1977 où Ronnie trouvera la mort et qui marquera la fin du groupe, dont les membres restants ont depuis refusé de jouer ce morceau autrement qu’en version instrumentale.

Wish You Were There – Pink Floyd – 1975  (Video)

So, so you think you can tell
Heaven from Hell,
Blue skys from pain.
Can you tell a green field
From a cold steel rail?
A smile from a veil?
Do you think you can tell?

La longue intro, le grésillement, les premières notes métalliques. La voix de David Gilmour. Ce morceau c’est un tout : c’est la force de ses paroles, la sophistication de son instrumentation et aussi, mais surtout, l’impression d’une composition habitée qui transcende le propos, les notes et bouscule la mélodie. Wish You Were There, c’est le charme d’un enregistrement  volontairement imparfait où chaque défaut a sa place : le son saturé, les respirations étouffées de l’introduction ; le bruit du vent emportant les dernières secondes d’une œuvre intemporelle.

Highway to Hell – AC-DC – 1979  (Video)

Don’t need reason, don’t need rhyme
Ain’t nothing I would rather do
Going down, party time
My friends are gonna be there too
I’m on the highway to hell

Parce que si on se réfère aux religions à peu près tout ce qui est bon nous envoie en enfer. Parce qu’il est pratiquement impossible de profiter d’une vie de voyageur en restant vertueux. Highway to Hell, ce sont les premières notes d’un road trip, d’une longue nuit qui commence. Cette chanson, c’est se jeter les yeux fermés dans la vie en sacrifiant son auréole !

Redemption Song – Bob Marley – 1979  (Video)

Won’t you help to sing
These songs of freedom?
‘Cause all I ever have
Redemption songs

Le voilà justement le gentil mec, ses quatre accords et sa guitare. Bob Marley (et Bob Dylan, tous les Bob en fait) c’est du pain béni pour le voyageur apprenti musicien. Pas la peine d’avoir du talent pour faire pleurer les filles, rendre les mecs jaloux et jouer les prestidigitateurs qui, la nuit, le cul dans le sable, la tête dans les étoiles font disparaitre les petites culottes.
Cette chanson elle est partout : en ambiance dans les bars, massacrée dans les karaokés asiatiques et, si le sens s’est perdu, si le message initial s’est peu à peu dilué dans le rhum, le whisky et la fumée de ganja, les notes continuent de faire le tour du monde.

500 Miles – The Proclaimers – 1988  (Video)

But I would walk 500 miles
And I would walk 500 more
Just to be the man who walked 1000 miles
To fall down at your door

C’est léger, ça fonctionne et ça se chante à tue-tête sans se la prendre.
Les paroles font le reste, tous les ingrédients sont là : la route, une fille (décidément…) et un long chemin à faire. Bref, c’est à laisser traîner dans toutes les voitures, voire comme dans un épisode de How I Met Your Mother, bloqué dans l’autoradio pour l’écouter encore et encore.

Leaving on a Jet Plane  – Chantal Kreviazuk (cover) – 1998  (Video)

Now the time has come to leave you
One more time let me kiss you
Then close your eyes, and I’ll be on my way.
Dream about the days to come
When I won’t have to leave alone

L’outsider de ma liste. Surtout connu pour avoir été attribué, à tort, à Janis Joplin sur internet et les réseaux peer to peer. Pas un chef-d’oeuvre, donc. Pourtant, on aurait tort de s’en passer, parce que malgré son côté guimauve ce morceau c’est une perle. Mieux, c’est un outil, que l’on garde dans la « trash list » de son iPod pour mieux le partager, un écouteur chacun, avec la petite qu’on laisse sur le carreau parce que nos chemins se séparent après quelques semaines de voyage…

Pure Shore – All Saints – 2000  (Video)

I’ve crossed deserts for miles
Swam water for time
Searching places to find
A piece of something to call mine

Juxtaposer les All Saints, petit phénomène mineur et éphémère des années 2000 et des artistes comme Pink Floyd ou Bob Dylan c’est sans doute un peu gonflé.
Une seconde quand même avant de m’enlever ma crédibilité, je m’explique : peu importe, le côté marqueto-formaté du quatuor anglais. Pure Shore ce n’est surement pas la plus grande chanson du monde, on est d’accord, mais pour toute une génération, pour ceux qui, comme moi, parcourent l’Asie du Sud Est depuis des années c’est l’une des pistes de la bande originale de nos voyages, tout simplement.
Sûrement parce que c’est le thème de La Plage, peut être parce que cette idée de recherche d’un endroit que l’on pourrait appeler « le sien » résume toute la philosophie du backpacker, quoi qu’il en soit, Pure Shore a définitivement sa place dans cette liste. Pas convaincu ? Prenez un avion, prenez un bateau : écoutez-la entre Ko Pha-Ngan et Ko Tao, écoutez-la quand les courbes de la deuxième île se détachent de la pâleur du ciel, quand la mer rejoint la plage, la ligne de bâtiments bas s’éloignant de part et d’autre de l’embarcadère et l’eau turquoise s’allongeant sur le sable. Écoutez-la au bout du monde et… changez d’avis.

Another Travelin’ Song – The Bright Eyes – 2005  (Video)

Well I’m changing all my strings
I’m gonna write another traveling song
About all the billion highways and the cities at the break of dawn

Pourquoi ? Parce que ça me parle. Parce que le rythme est là. Parce qu’il y a plus de poésie dans les mots de Conor Oberst que dans vingt ans de pop mielleuse inutile. Pas besoin de traduire les paroles pour choper le sens, sentir le mouvement et comprendre qu’il n’est question là que de partir. S’échapper, encore une fois.

Read My Mind – The Killers – 2006  (Video)

Oh well I don’t mind, if you don’t mind
‘Cause I don’t shine if you don’t shine
Before you jump
Tell me what you find when you read my mind

Ouais ouais, je sais, The Killers ça marquera pas comme du Bowie ou du Stevens. Je sais, c’est pop et c’est tout. Et puis pop c’est un gros mot hein ?
J’y peux rien, c’est comme ça, c’est subjectif. Quand  j’écoute le battement au début de Read My Mind et que le morceau s’emballe, bah j’ai le coeur qui décolle, une énorme envie de partir, de m’envoler, de sauter dans les vagues, de filer mes lèvres à des inconnues qu’en prendraient bien soin. C’est comme ça et puis c’est tout : Read My Mind c’est ma piqûre d’adrénaline depuis 2006 et du coup c’est dans la liste.

Eddie Vedder – Society – 2007  (Video)

Oh it’s a mystery to me.
We have a greed, with which we have agreed…
and you think you have to want more than you need…
until you have it all, you won’t be free.
Society, you’re a crazy breed. 
I hope you’re not lonely, without me.

Sans doute l’une des plus belles chansons jamais écrites, issue d’un album fantastique, bande originale d’un film culte adapté d’un livre indispensable. Vraiment, il faut que j’ajoute quelque chose ?

Big Jet Plane –  Angus & Julia Stone – 2010 (Video)

Be my lover
My lady river
Can I take ya
Take ya higher
Gonna take her for a ride on a big jet plane (X4)

Allez, on l’a tous eu notre p’tite qu’on aurait voulu caler dans notre Quechua. Son sourire qu’on aurait bien regardé à la place du film dans l’avion. Même si finalement les avions ça se pratique en solo, même si les sourires, ça fanent dans les aéroports, c’est une idée qui nous parle et une chanson assez simple pour toucher droit au coeur. C’est la naïveté qu’est jolie parfois. Et puis les yeux, la voix de Julia Stone… voilà quoi.


Et aussi, mais pas que : Going Up The Country – Fly Me To The Moon – Down Under – Surfing Bird – Africa – Fast Car – Where The Street Have No Name – Rocket Man – Space Oddity – Caravane – I Get Around –  Midnight Train to Georgia – Boston – Guaranteed – The Only Living Boy In New York – New slang – Fair – Roadsinger – Paradise City – Tree Hugger – If You See Her, Say Hello – Train Under Water – Land Locked Blues – Beautiful World – Around the World – Beached – Woozy…

You Might Also Like

5 Comments

  • Reply
    JulieNo Gravatar
    4 janvier 2012 at 17 h 06 min

    Chouette article ! Pour moi, The Shins, Coldplay, Edith Piaf, REM et The Clash, entre (plein d’) autres, sont très efficaces aussi !

  • Reply
    gaspardNo Gravatar
    4 janvier 2012 at 17 h 38 min

    Merci. J’ai eu un mal fou à faire une liste… C’est pas 15 morceaux qu’il aurait fallu sélectionner, mais 100 ou 200…
    The Shins est dans la liste de fin (New Slang), pour Coldplay je dirais « Til Kingdom Come » et pour The Clash « Should I Stay or Should I Go »…
    J’ai bon ? 😉

  • Reply
    JulieNo Gravatar
    7 janvier 2012 at 18 h 56 min

    Ah oui exact ! « New Slang » m’avait échappé. Pour Coldplay, j’avoue qu’elles ont toutes leur charme… notamment l’album X&Y. The Clash : Rock the Casbah, London calling…. que du bon…

  • Reply
    SelinNo Gravatar
    29 juin 2013 at 13 h 37 min

    Je viens de découvrir ton blog grâce à tes livres magnifiques.
    C’est un plaisir de te lire et de plonger dans ton univers d’images.
    Pour ce qui est de la musique et du voyage, ce que j’aime par dessus tout, ce sont celles que l’on découvre sur place, de manière inattendue. Elles marquent un lieu,un instant, et apportent une couleur supplémentaire à nos souvenirs…En revenant, on s’empresse alors de retrouver le petit bout de papier sur lequel on avait noté le nom de la mélodie pour replonger quelques minutes dans ces instants, retrouver des ambiances, des sensations, des odeurs qui sont déjà loin et que les photos ne savent traduire à elles seules.
    Allez, pour la route, quelques musiques qui me parlent d’évasion : After Laughter de Wendy Rene, Multiply de Jamie Lidell, Sleepin’ Lion de Clinton Fearon, Mississipi mud des Smithstonian, Tive Razao de Seu Jorge, Mulatu Astatke, Leonard Cohen …et côté français, un petit Nougaro ou un Bashung bien placés, c’est plutôt chouette. Bon, je m’arrête là, tu as raison, bien trop compliqué de faire le tri!
    Bonne route.

  • Reply
    Antoine @ Musique voitureNo Gravatar
    19 avril 2014 at 14 h 40 min

    Merci pour la playlist, ça donne envie de pointer un globe sur une carte et de rouler !

  • Leave a Reply

    Lire les articles précédents :
    394069_2558369553431_1038121742_n
    Prenez un ticket, profitez de la balade

    Voyager c'est "laisser derrière soi", voyager c'est quitter. Peu importe quoi. Des racines, une certaine stabilité, son confort...

    Fermer